Les « Parcours buissonniers », un projet du conseil général des Hauts-de-Seine présenté aux associations

publié le 3 décembre 2005

Relier les espaces naturels du département, créer des promenades là où il n’y en a pas, mettre chaque habitant à moins de 15 minutes à pied d’un espace vert, ouvrir la ville vers le fleuve, favoriser la biodiversité, la qualité environnementale, le tourisme durable, les déplacements doux. Il s’agit d’un projet séduisant qui répond aux vœux des Amis de la nature.

A l’invitation d’Odile Fourcade, vice-Présidente du conseil général en charge de l’environnement, nous avons participé le 21 novembre 2005 à Nanterre, à une réunion où nous a été présenté un projet de "parcours buissonniers" : une toile d’araignée composée de promenades bleues et vertes destinées aux pédestres, cyclistes, cavaliers, prenant en compte les handicapés.

Le représentant des Amis de la nature a fait part de sa satisfaction, en particulier de voir que le projet initié par son association de voie verte sur les berges de la boucle nord de la Seine soit repris aujourd’hui sur la base de "promenade bleue" sur toute la longueur de la Seine. Mais il a rappelé que les aménagements de la boucle nord avaient été déclarés prioritaires. Des assurances lui ont été données concernant les aménagements en cours de réalisation de Rueil à Villeneuve la Garenne. Par contre, malheureusement, la réalisation de la passerelle à l’entrée du port de Nanterre est reportée d’une année (études 2006, réalisation 2007).

Les chemins de randonnée (PR, GR) sont inclus également dans ce projet et la mise en place du plan départemental des itinéraires de promenade et randonnée (PDIPR), en application de la loi du 24 juillet 1983 est prévue. Ce plan doit faire l’objet de délibération des conseils municipaux et d’un arrêté du préfet. Les Amis de la nature qui pratiquent beaucoup la randonnée pédestre se sentent très concernés par ce sujet. Il est important que les chemins soient recensés, protégés et entretenus.

Les associations se sont félicitées d’être impliquées en amont des décisions, ce qui est encore une pratique peu développée malgré les demandes renouvelées.

Dès cette première réunion, nous avons voulu sensibiliser le conseil général sur la nécessité de bien préciser que tous ces chemins buissonniers ne seront pas accessibles aux motos, quads et autres engins motorisés. Ce projet doit faire l’objet d’une délibération de l’assemblée départementale en avril 2006. Une concertation avec les associations et les villes suivra ; la réalisation de plus de 300 km d’itinéraires devrait s’étaler sur dix ans.